Mali - Bamako, 18 Décembre

Journées de l’AME : 18 Décembre 2013 à Bamako au Mali
Thème : Les impacts de la crise Malienne sur la liberté de circuler dans l’espace CEDEAO
La Journée du 18 Décembre 2013 à Bamako – Mali ; Célébration de la Convention des NU sur la Protection des Droits des Travailleurs Migrants et des membres de leur famille, 1992 New York.
Présentation de l’Organisation : Créée en 1996, en réaction aux expulsions brutales de Saint-Bernard (France), d’Angola, de Zambie, de Libye, l’AME est une association de migrants en situation de retour forcé vers le pays d’origine. L’AME offre aux migrants expulsés un cadre d’échange pour organiser le soutien mutuel et s’enrichir des expériences individuelles et collectives pour assurer la défense des droits fondamentaux au Mali. Exemple…
Rappel des Missions de l’AME : Elle accueille les migrants expulsés et refoulés à l’aéroport de Bamako Sénou avec la Protection Civile et aux antennes frontalières à Nioro et Kidal. L’AME s’engage dans un travail de promotion des droits des expulsés, de sensibilisation des populations sur la situation des expulsés mais également sur les politiques migratoires qui vont à l’encontre de la liberté de circulation. Elle a donc une mission de veille sur les accords que les Etats adoptent dans la gestion des flux migratoires et de plaidoyer contre les mesures de restriction sur la liberté de circulation. En particulier dans la CEDEAO et avec le Maghreb. La Journée AME est l’espace d’échanges entre les acteurs- intervenants sur les questions des migrations et la liberté de circuler ; et d’interpellations des autorités sur les sujets d’actualité…
Contexte : La Crise politico- militaire au Nord Mali et la dissémination des groupes armés dans l’espace Sahélo- Saharien ont incité les pays voisins à renforcer la surveillance des frontières et à accentuer les opérations de contrôles sur les routes et dans les villes pour contenir le fléau Djihadiste
Dans le contexte de la gestion des facteurs d’instabilité et pour lutter contre toutes les formes d’insécurité trans nationales ; les pays du champ sahélo- saharien ont adopté des mesures de lutte sous- régionale contre le terrorisme, les trafics frontaliers illicites et l’immigration clandestine. Les ressortissants des pays de l’espace communautaire Ouest- Africaine bénéficiant de l’application du protocole de 1979 (CEDEAO-liberté de circulation et de résidence) sont confrontés aux nombreux barrages routiers (divers corps sécuritaire) et aux multiples contrôles d’identité dans ces pays du Sud. Certains pays de la CEDEAO sont également signataires d’une convention d’exemption de visa avec les pays du Maghreb qui assure l’entrée et le séjour durant 90 jours pour leurs ressortissants.
Les mouvements de transhumances saisonnières des populations locales (bergers, pêcheurs, agriculteurs et commerçants) et les travailleurs migrants sont affectés par le durcissement des lois et vulnérables aux tracasseries diverses. Les dispositifs sécuritaires mise en place contre l’expansion de la menace Islamiste dans les pays de l’espace Sahélo- Saharien entrainent des abus sur les personnes en situation de migration et aboutissent aux pratiques ciblées contre les non- nationaux.
Les diverses formes de restrictions sur le franchissement des frontières et les mesures de répression à l’intérieur des états pour lutter contre les insécurités sont –elles en phase avec l’Approche Communautaire de la CEDEAO sur les Migrations ? Les conventions sur l’entrée et le séjour des ressortissants Ouest- Africains au Maghreb vont- elles survivre aux pressions de l’Union Européenne de bloquer les migrants au Sud Méditerranée ? Quelles dispositions à prendre pour veiller à l’application du Protocole 1979 de la CEDEAO et les recommandations sur la protection des droits des migrants dans la lutte contre les insécurités ?
L’AME considère qu’il faut engager la réflexion collective sur ces questions pour agir en amont auprès des décideurs politiques et sensibiliser les opinions sur les impacts des crises sur les populations.
Le développement de cette approche implique de sensibiliser largement les différents départements techniques nationaux, les médias et la Société Civile afin que toutes les composantes de la Communauté Malienne perçoive la nécessité de se mobiliser pour obtenir le droit de voyager librement et le droit de vivre où l’on veut. Cette année 2013, la journée a un sens particulier pour l’AME, par rapport à la Campagne CEDEAO du projet Loujna- Tounkaranké mise en œuvre par les partenaires de l’Afrique de l’Ouest au Sénégal, Mali, Niger et Cote d’Ivoire. Nous saisissons cette opportunité pour approcher les personnes ressources de différents horizons afin de parler de la liberté de circuler et partager les analyses sur les impacts migratoires de la crise dans la CEDEAO.
En cette période de Dialogue et de Réconciliation, il est également opportun de faire le point sur les acquis de l’application du Protocole de la CEDEAO au Mali et d’informer largement les populations. Au regard des mutations en cours dans l’espace Sahélo- Saharien, l’AME souhaite confronter les analyses sur la liberté de circulation et créer les possibilités de collaboration entre les Départements Techniques ministériels et les organisations de la Société Civile intervenants sur ces sujets indiqués.

Les objectifs de cette journée sont :
1. permettre aux acteurs et intervenants qui militent en faveur de la protection des droits des migrants de se rencontrer et d’échanger
2. sensibiliser les opinions sur l’Approche Commune de la CEDEAO sur les Migrations ;
3. mobiliser les populations pour agir en faveur de leur liberté de circulation,
4. renforcer les connaissances des journalistes sur les questions migratoires dont la situation des migrants dans notre espace Ouest- Africain et avec le Maghreb,
5. Sensibiliser les acteurs nationaux sur les enjeux migratoires et la situation des migrants ;
6. encourager l’Etat pour à favoriser la liberté de circulation et les droits de ses ressortissants où qu’ils soient et qu’il apporte son soutien aux maliens expulsés et rapatriés ;
Concernant le déroulement de la journée, les communications suivantes sont proposées :
- L’impact de la crise au Nord Mali sur la circulation des personnes Sahélo- Sahara et Maghreb
- L’actualité des migrations en 2013 politiques migratoires en Afrique et en Europe et monde
- La politique migratoire malienne en construction : propositions et débat
- Bilans et perspectives des actions de l’AME
- Témoignage des femmes et des parents de migrants expulsés.
Au programme de cette journée du 18 Décembre 2013 de 9 h00 à 22h00
- Conférence publique sur la liberté de circulation et les droits des migrants dans l’Afrique
- Lecture en Bambara (langue locale) et distribution de l’Appel du 18 décembres 2013 Action G
- Présentations de la situation des expulsés d’Arabie Saoudite au Mali et des Migrants en Israël
- Expositions de photos sur les conditions de parcours migratoires et de vie des migrants
- Projections de films documentaires sur les causes socio- politiques des migrations

Cordialement

Alassane Dicko

Plaidoyer et Communications Réseaux
Association Malienne des Expulsés
Bamako- Mali
www.expulsesmaliens.info