NIGER - Niamey

MIGRER POUR VIVRE?

C'est le thème de la campagne internationale en occasion de la journée internationale des droits des migrants du 18 décembre 2012. A ce propos, pour la deuxième année, on organise un program afin de rendre une plus grande visibilité à ce phénomène qui souvent passe inaperçu.

A ce titre des institutions de la société civile et internationales travaillant au service des migrants vous invitent à deux différentes activités qui auront lieu au Centre Culturel Franco Nigerien (CCFN)

le 19 décembre 2012 à 16H 30: table ronde avec les témoignages de: CORNI,OIM, RESEAU Rencontre & Développement,CSD-CADEV, Alternative, Graspi, MTC

le 21 décembre 2012 à 20H30 thèatre et documentaire

Les organisateurs

OIM – Office International pour les Migrations
CORNI- Collectif des repatriés nigériens (de Lybie et de Cote d'Ivoire)
Reseau Rencontre & Développement (Maghreb/Sahel)
CSD- Comités Solidarité Développement dela CADEV
Alternative Espace Citoyen
Mouvement Travailleur Croyants

Niamey, Décembre 2012


MIGRER POUR VIVRE?
CELEBRER LA JOURNEE MONDIALE DES MIGRANTS


MIGRER POUR VIVRE c'est ce qui pousse des millions de personnes dans le monde à bouger et chercher d'autres horizonts pour leur vie.On calcule à 214 millions ceux/celles qui dans le monde se trouvent dans une situation migratoire.Avec le processus de mondialisation ce nombre est destiné à grandir.Les raisons pour migrer sont multiples et on ne saurait les mettre simplement sous la bannière de l'économie.Bien vrai que l'économie joue un role bien souvent decisif au moment de choisir un projet migratoire.Néannemoins d'autres motivations ont leur place:les pressions familiales, culturelles et le désir d'une promotion de la dignité personnelle y jouent aussi un role important.

Malhereusement les politiques des Etats compliquent énormement le projet migratoire.Les pays occidentaux mettent des entraves à la migration appelée 'irregulière', c'est à dire celle des migrants sans documents.Et en meme temps ils pronent une migration choisie qui soit à tout bénefit de la société d'accueil.Le resultat final se compte souvent dans les cimetières où les migrants sont ensevelis après avoir perdu leur vie en essayant d'atteindre le pays revé.D'autre part les pays occidentaux ne manquent pas de complices pour mettre en oeuvre leur politique dissuasive.Aussi les politiques de bon nombre de pays africains ne sont pas forcément au benefit des jeunes.

MIGRER POUR MOURIR

Malgré les politiques néfastes en occident en en Afrique en bon nombre des pays, les jeunes, bien souvent les plus motivés et talentueux, risquent d'aller ailleurs.Parfois avec l'espoir et souvent avec le désespoir, ils partent sans avoir toujours bien préparé le projet migratoire.D'autre part ce qu'on appelle migration 'regulière', avec tous les documents en règle, est quasiment impossible à obtenir.

En 2011 l'HCR a calculé que 1 500 personnes (migrants et réfugiés) ont perdu leur vie dans la mère de la Méditerranée dans l'attente d'arriver en EuropeAu frontières de l'Europe de 1988 à 2008 on calcule que 12 000 migrants ont perdu leur vie.Aussi dans les différents déserts du Sahel les migrants qui ont perdu leur vie sur le chemin dans la meme époque sont estimés à 1 600....Pour Migreurop ces morts' ...sans nom et sans nombre, en disent long sur le processus de déshumanization des migrants, réduits à l'état d'individus qui peuvent disparaitre sans laisser de traces'...C'est cela la dramatique contradiction:migrer pour vivre se transforme en MIGRER POUR MOURIR.

VIVRE POUR MIGRER

Mais aussi il y a l'autre versant de l'histoire que l'on pourrait résumer dans l'affirmation VIVRE POUR MIGRER.En effet l'histoire humaine est histoire de migration.Depuis le debut et jusqu'à la fin de l'histoire les migration vont constituer comme le soubassement de tout processus de changement.Il suffit de rappeler que à partir de l'Afrique, berceau de l'humanité, les humains ont peoplé graduellement toute la planète au fil des millenaires.C'est pour dire que la migration fait partie de l'identité humaine.Aucune sociète et culture n'existerait pas sans ce brassage humain.

Ce principe est assumé par la Declaration des droits humains des Nations Unies de 1948. L'article 13 de la Declaration le rappelle:
. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat.
. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir à son pays.
C'est ce principe qui rappelle que migrer est un droit qui devrait etre composé avec les droit des Etats de gérer le phénomène migratoire à l'interieur de leur frontières.Cela, bien entendu devrait etre fait dans le respet de la dignité humaine de chaque personne migrante.
Notre pays, par sa position géographique et sa situation sociale, est un pays d'émigration et de transit.Les migrants nigériens sont calculés autour d'un demi million et les pays de destination sont bien connus: le Burkina, La RCI, Le Nigeria, La Guinée et, avant la crise, la Libye.Pour le moment ne sont pas beaucoup les nigériens qui s'aventurent en dehor de l'Afrique.Les raisons pour migrer sont différentes et bien sur les conditions économiques du pays y sont pour quelque chose.La migration peut etre plus longue ou seasonnière.Les migrants aident leur familles restées à la maison et engagées dans l'agriculture ou l'élevage avec des remises d'argent.Les exodants accumulent aussi une richesse d'expérience qui n'est pas négligeable.

Une réflection particulière devrait etre menée à propos des emigrés nigeriens retournés de Libye et d'ailleurs.Après la crise libyenne la communauté internationale et celle du Niger étaient conscient de la présence de ces milliers de nigeriens qui avaient tout perdu.Malhereusement les aide de reinsertion dans la société n'ont pas étè à la hauteur des besoins.Petit à petit la réalité de ces jeunes est tombé dans l'oubliette et plusieurs d'entre eux ont l'impression, assez fondée, d'avoir étè trahis.

Mais le Niger est aussi un pays d'immigration et de transit.L'immigration est constituée par ceux et celles qui cherchent dans ce pays ce qu'ils ne pensent pas trouver chez eux.Les présences plus importantes sont celles venant du Mali (aussi à cause de la situation politique du pays), le Nigeria, le Burkina, le Benin, La RCI, le Togo...Ces immigrés essayent tan bien que mal de s'insérer dans le tissu social du pays et bien souvent occupent des secteurs laboraux particuliers.

MIGRER POUR SUR-VIVRE

Le migrants en transit sont ceux/celles qui tentent d'arriver vers l'Afrique du Nord et au delà mais aussi ceux qui retournent chez eux après un project migratoite plus ou moins compliqué.L'Algerie, le Maroc, la Libye (avant la crise) et aussi le Soudan constituent les destination majeures des exodants.Cette population est bien souvent invisible aux yeux d'une société qui 'se cherche' elle meme.Agadez est la plaque tournante de ce transit migrant et les 'ghettos' qui s'y trouvent en sont la preuve plus évidente.Mais aussi Arlit et Dirkou au nord et Zinder au sud ont leurs transit plus ou moins réguliers.Niamey a un transit considerable de migrants, aussi à cause des bureaux de l'OIM, l'Organisation Internationale des Migrations de l'HCR et des ONGs. Par exemple dans les six dernier mois plus de 5 000 personnes ont transité par les maisons de l'OIM, la pluparts des migrants étant des nigeriens.
D'autres migrants, venant d'autres pays, par exemple du Liberia, Sierra Leone et ailleurs, sont encore plus 'invisibles'.Et pourtant ils sont là, ils existent et essayent de sur-vivre.Parfois la phrase peut se transformer encore. De migrer pour vivre à MIGRER POUR SUR-VIVRE.

Le 18 décembre, jour dans lequel les Nations Unies ont approuvé la Convention sur les droits des travailleurs migrants et de leurs familles, est la journée mondiale des migrations.Nous allons tenter de la célébrer dignement avec certains migrants, nigeriens et étrangers.MIGRER POUR VIVRE.
C'est le titre que la campagne international pour les droits des migrants a choisi pour l'occasion.A Niamey nous avons ayouté un point d'interrogation. Cela parce que nous pensons que la présence au milieu de nous des migrants est un défi. Tout migrant, en effet, nous rappelle que la terre est un don pour tous les humains de cette planète.Tout migrants nous révéle que le respect du a tout etre humain va bien au delà des frontières et des documents.Tout migrant nous rappelle que nous tous/toutes nous sommes des migrants sur cette terre.Tout migrant nous provoque à l'hospitalité parce que c'est cela qui constitue la preve majeure du degré de civilisation d'une culture.


Mauro Armanino au nom du collectif des migrants, CORNI,ALTERNATIVE,CSD,GRASPI